réduire le stress sophro

Le stress c’est du « Ciné »

Le stress c’est du CINé … Mais non je ne suis pas en train de vous dire que le stress n’existe pas et que vous vous faites des films ! Le stress existe bel et bien et il a tendance à gâcher la vie de bon nombre de personnes qui en souffrent de manière chronique.
En réalité, je voulais vous parler des travaux de Sonia Lupien, directrice du CESH (centre d’étude sur le stress humain) et professeur de psychiatrie à l’université de Montréal. « Ciné » est en réalité un acronyme qui liste les principales caractéristiques qui engendrent chez la personne ce fameux (et douloureux) stress.

  • Le Contrôle que l’on peut percevoir d’une situation. Quel est mon degré d’action possible sur telle situation ? Est-ce que je la subis passivement ou bien je peux agir pour la modifier ?
  • L’Imprévisibilité d’une situation. Est-ce que ceci me surprend complètement, je ne l’avais pas prévu ou bien pouvais-je m’y attendre ?
  • La Nouveauté d’un événement. Est-ce que j’ai déjà rencontré ce type de situation auparavant ou bien est-ce la première fois ?
  • l’Ego est-il menacé ? En d’autres termes, mon estime de moi est-elle menacée par la situation ?

Voici donc la recette parfaite pour mener au stress ! Finalement on se rend compte que beaucoup, dans la survenance du stress, repose sur notre perception de la réalité. En changeant cette perception on peut alors baisser le niveau de stress. Mais il faut toujours en garder un minimum, car le stress a un rôle dans notre survie, dans notre manière d’aborder une situation. Néanmoins, le trop plein de stress ou celui qui n’a pas lieu d’être peut être modulé grâce à la sophrologie. Un changement de perspective, une prise de conscience relative notamment à l’estime de soi (Ego) ou au contrôle perçu que l’on a d’une situation particulière.

sophrologie pour réussir bac

Bac et sophrologie, un duo gagnant !

Si la sophrologie ne peut pas faire de miracles et ne pourra pas permettre à un élève qui n’a pas appris sa leçon de mathématique ou d’histoire de réussir l’examen… Elle peut en revanche être bénéfique pour les futurs bacheliers en ce qui concerne notamment la gestion du stress, la concentration, travailler la mémoire et même la confiance en soi !

En effet, pour réussir le baccalauréat, il est nécessaire de travailler régulièrement et de manière sérieuse. Néanmoins, cela ne suffit pas toujours et il arrive que le stress prenne le dessus sur les élèves du lycée les empêchant d’atteindre les résultats mérités. La sophrologie peut alors devenir un allié de premier choix pour aider le l’élève à gérer ses émotions, contrôler son stress et arriver serein pour les épreuves sur tables ou orales.
Il s’agira de commencer en amont car, en s’y prenant à la dernière minute, dans la précipitation, les effets seront plus limités. L’idéal est de démarrer vers février pour mettre en place des séances régulières chaque semaine ou tous les 15 jours pour avoir réalisé une dizaine de séances avant le mois de juin et permettre au futur bachelier (oui, parce qu’on y croit !) d’arriver sereinement sur la dernière ligne droite.

Outre le stress, d’autres problématiques pourront être traitées comme par exemple l’amélioration de la concentration. Durant les épreuves ou dès les révisions, il peut être compliqué pour certains de réussir à se concentrer sur des cours, des lectures, des exercices. Cela peut donc être bénéfique de se pencher là dessus afin de permettre à l’adolescent de travailler plus efficacement pour apprendre et réviser.

Enfin, il peut être difficile de parler devant un professeur lors d’un oral, cela peut-être travaillé en sophrologie pour aider le lycéen à ne plus perdre ses moyens pendant les oraux qu’il aura à passer pour les épreuves du bac.

Et plus globalement, on peut aussi grâce à la sophrologie travailler la confiance en soi de l’adolescent pour aborder plus sereinement cet examen qui marque la fin du lycée mais le début des études supérieures. Chercher à développer la confiance en lui, pourra lui permettre de d’accéder de manière plus assurée à cette nouvelle étape de vie.

respiration lente calme cerveau

Des études montrent que ralentir la respiration réduit le stress

La sophrologie utilise la respiration contrôlée pour permettre relaxation et ancrage positif chez les individus.
D’autres disciplines telles que le Yoga notamment pratiquent cela depuis des centaines d’années. Mais on aime bien avoir une confirmation scientifique des intuitions ancestrales, ce qui permet également d’en savoir plus sur les mécanismes neuronaux en jeu.

Des chercheurs de l’école de médecine de l’université de Standford en Californie se sont penchés sur les conséquences sur le cerveau d’une respiration ralentie et contrôlée.

La respiration est un mouvement que l’on peut moduler et dont une large palette est proposée chez l’humain et d’autres animaux : soupir, bâillement, reniflement, halètement, respiration régulière, rapide, sanglot… Ces chercheurs se sont donc demandés si des neurones spécifiques étaient responsables de ces respirations précises et ont étudié des groupes de neurones présents dans le tronc cérébral, notre centre de contrôle respiratoire.

En 2016, la revue américaine Nature publiait leurs résultats montrant que nos différents modes de respirations (soupir, bâillement, reniflement…) seraient reliés à des groupes neuronaux particuliers. Ainsi, ils ont pu chez la souris, isoler et supprimer les neurones reliés au soupir et donc faire disparaître celui-ci, laissant les autres modes de respiration intacts.
Plus tard, ils ont découvert une autre sous-population de neurones (Cdh9 et Dbx1 pour être précis!) qui, une fois désactivées, ne provoquaient aucune disparition dans la palette des respirations comme précédemment avec le soupir mais rendaient les souris particulièrement calmes. Dans un environnement nouveau elle n’exploraient plus mais faisaient leur toilette.(Ce qui prouve bien qu’on doit maintenir un niveau de stress minimum car il n’est pas normal pour une souris dans un environnement nouveau de ne pas l’explorer. Cela peut avoir des conséquences sur leur survie). L’équipe de scientifiques s’est rendu compte que, bien que la palette des respirations fût toujours complète, l’intensité de celles-ci avait changé avec moins de respiration rapides et davantage de respirations lentes associées à la détente. Les chercheurs pensent que ces neurones ne régulent pas la respiration mais la scrute et envoie ces informations à une autre structure du cerveau le locus coeruleus (noyau sous-cortical impliqué dans la stress, l’anxiété et le sommeil notamment). Si quelque chose altère la respiration le cerveau doit le savoir pour réagir en conséquence.

Finalement, en ralentissant notre respiration, on indique à notre cerveau que nous sommes dans un état de calme. Cela confirme l’efficacité des respirations lentes ou contrôlées qu’on utilise en sophrologie pour provoquer détente, calme et sérénité.

Les neurosciences confirment les bienfaits de la respiration profonde

Cela fait des millénaires que les pratiques ancestrales, comme le yoga par exemple, utilisent des techniques de respiration profonde pour procurer bien-être et meilleure santé.

Récemment, une étude publiée dans le journal of Neurophysiology confirme scientifiquement les bienfaits de cette respiration contrôlée et profonde sur le cerveau. Grâce à des technologies modernes d’électrodes intracraniennes (iEEG), cette équipe de chercheurs américains a pu démontrer l’impact ds pratiques respiratoires sur l’activité cérébrale.
Ainsi le contrôle de sa respiration permettrait une meilleure synchronie entre les zones du cerveau.

Cette respiration consciente et contrôlée permettrait en outre :

  • Un meilleur contrôle émotionnel et une maitrise de soi
  • Une amélioration des capacités de concentration
  • Un accès au calme

La sophrologie aussi se sert d’exercices de respiration contrôlée et profonde pour activer détente et calme chez les individus
Finalement l’étude valide ce que le yoga enseigne depuis des centaines d’années ou la sophrologie depuis une période plus récente : Agir et se concentrer sur sa respiration est utile pendant les périodes de stress ou lorsqu’une concentration accrue est nécessaire.

bienfaits respiration sophrologie yoga